08/11/2015

Sorties Novembre 2015

Dimanche 29/11/2015 : La meute d’Eric
Par Alain Darville

Pas beaucoup de monde, ce matin. Jean-Louis, Philippe V., Eric et moi. Même Guy n’est pas là. Les footeux sont toujours en chômage technique pour cause de niveau 3 ¾.

La météo n’est pas des plus engageantes. Même s’il ne fait plus trop froid, le vent du sud-ouest est bien là, et la pluie est annoncée. Nous démarrons à quatre sur un tempo pas trop élevé. Ma chute de la semaine passée n’est pas encore oubliée, j’ai toujours mal à la main gauche et à la hanche.

Je suis content d’avoir mon vélo de cyclo-cross, les routes sont bien mouillées et boueuses, c’est bien l’hiver.

Eric est gentil, il ne roule pas trop vite, nous attend souvent, fait même des tours de ronds-points.

Mais surtout Eric est aimé des chiens. Dans le long faux plat pour arriver à Baardegem, deux chiens suivent Eric. Comme les voitures n’osent plus dépasser, c’est une procession. Eric, les chiens, les voitures. Et comme Eric continue, tout le monde continue. Comme Eric ne roule quand même pas trop vite, les deux chiens s’amusent à lui tourner autour. Ils sont bien gentils, ils veulent jouer, mais ils mettent un peu la pagaille. En haut de la montée, Eric finit par s’arrêter. Une dame court avec une laisse et essaye d’attraper les chiens. Ce ne sont pas ses chiens, mais l’un d’eux a un n° de téléphone sur son collier, ce qui fait qu’un automobiliste appelle leur propriétaire. Maintenant c’est Jean-Louis qui s’y met en leur faisant des guiliguilis. On peut encore rester longtemps à jouer avec les chiens, mais la pluie approche et le vent va être de face pour rentrer.

Nous laissons tout ce petit monde et nous repartons. Philippe qui suivait plus ou moins, vent dans le dos, a quelques petits problèmes vent de face. Et comme maintenant il commence à pleuvoir, le retour est un peu plus compliqué.

Eric finit par m’attendre, et Jean-Louis attend Philippe. Nous rentrons donc mouillés avec un Jos qui nous attendait, mais la buvette était fermée pour cause d’attentat imminent postposé.

 

 


___________________________________________________________________________________________________

Dimanche 22/11/2015 : Panique à l’Aurore ?

Par Yves-Yves Rosoux

Etait-ce la terreur ou la météo un peu moins clémente qui en a refroidi plus d’un, mais on ne se pressait pas sur le parking du Barca ce matin. Quant Guy arrive, il crie en riant, “non pas avec les Cadors” … à l’attention d’Alain, Eric et moi-même …

A 9h, on décide de n’attendre ni les retardataires qui n’arriveront pas, ni une éventuelle averse hivernale. On part donc à quatre, 4 comme le niveau d’alerte… On fuit vers la région flamande et après quelques kilomètres on est donc à trois, aussi bien au niveau de la menace que dans notre groupe, vu que Guy nous laisse partir pour un 60 km alors que lui, en solo, se contentera d’un 40 km (ndlr : Ça c’est la théorie, en réalité il en fera 60, en arrivant pas longtemps après nous !!). 

Après 15km, plus de trace d’Alain… on l’attend puis le voilà au ralenti … en fait notre Alain national a «testé son vélo en position horizontale», s’est mesuré à une bordure et a atterri sur son épaule. Plus de peur que de mal, à l’exception de son coupe-vent qui ne sera plus jamais imperméable, pas de dégât pour l’athlète (qui tombe de très haut), ni pour sa nouvelle machine.

On a également pas mal de chance avec la météo, le soleil perce et après quelques km d’échauffement on n’a « même pas » froid. Le soleil perce, les températures fluctuent entre 0 et 4°C, le temps reste sec et la sortie sera en fait agréable. Au côté cyclo, Eric le Binchou est en forme, comme d’habitude, et ni Alain, (avec son cyclo-cross en rodage ou peut-être calmé par sa chute), ni moi-même (dont mon nouveau Rolhoff offre pas mal de résistance) ne pouvons le suivre, rien de changé donc ! ;-) … En résumé, un bon entrainement avec un temps de saison !

_________________________________________________________________________________________________________

Vendredi 13/11/2015 : Les photos de la fête des 40 ans du club

 

_________________________________________________________________________________________________________

Dimanche 08/11/2015 : Sortie mouvementée du groupe B
Par Jean-Louis Van Obbergen

Un peu après la cote de Gooik, Philippe a crevé un pneu. Jean Paul, Michel et Guy ont attendu Philippe pendant que Jean Louis faisait la réparation du pneu! Il y avait un morceau de métal dans celui-ci!

Après avoir fait la réparation, nous sommes repartis et nous sommes arrivés à la séparation du 40/65 km.  Stephane, Marc et Jos nous attendaient! Nous sommes donc repartis ensembles pour faire le 65 km. Eric, Pierre-Yves et Alain étaient déjà partis avec un nouveau venu faire un essai, Pascal et un 5ème larron.

A Mie Katoen, le traditionnel arrêt pipi s’est fait. Nous avons attendu Michel et nous sommes encore une fois repartis, mais pas pour longtemps : Un peu plus loin, Guy voulait monter sur la piste cyclable, en faisant un signe de la main. Philippe n'a pas fait attention et a fait la connaissance de l'asphalte! Plus peut que du mal!

A l'arrêt piquenique Michel a fait une 2ème pause! Quand on est reparti Michel souffrait déjà. Le Mont Ventoux est loin, la forme de sa vie de Michel semble loin aussi.

En attaquant la coté a Schepdael Michel était de nouveaux lâcher! On l'attendait au feu rouge, mais pas de nouvelle! Jean Louis est allé voir mais n'a pas vu de Michel!

Jean Paul a téléphoné à Michel et celui-ci lui a répondu qu’il s’était perdu, mais qu'il allait rentrée!

On est rentré dans 2 groupes et on a bien terminé les 65 km, Guy encore tout frais!

 

Dimanche 08/11/2015 : Le groupe A, bien malgré lui.
Par Alain Darville

Du monde au départ, ce dimanche, en plus du groupe A et B (voir résumé de Jean-Louis), le groupe C, limité à 40 km était au départ, aussi, avec Dan et Daniel. Mais en fait le groupe A et B à l’origine n’en formait qu’un, et le but n’était pas de se séparer, du moins pas tout de suite. C’est à la bifurcation du 40/65 km, que ne voyant personne venir, nous avons décidé de partir sur le 90 km raccourci. Comme Jean-Louis et sa bande n’arrivaient pas, nous sommes partis à cinq : Eric, Pierre-Yves, Pascal, un 5ème et moi. Jos, Stéphane et Marc ne voulaient pas dépasser 65 km, et ont attendu bien sagement ce qui allait devenir le groupe B.

Pascal venu faire un essai, vient du monde du spinning, et ne s’est reconverti au vélo de route que depuis un mois. Visiblement le spinning n’est pas si mauvais que ça, quand il est bien fait, puisqu’il a su suivre presque jusqu’au bout. Moi, je me retrouvais avec les forts, avec mon vélo de cyclo-cross. J’innove cette année, je teste le vélo de cyclo-cross mono plateau à l’avant, même si ce n’est pas voulu. Comme je ne voulais plus abimer mes vélos d’été dans la merdouille de l’hiver, ni rouler en VTT, bien trop usant, je roule avec un vélo adapté la pluie et la boue. Depuis que je l’ai, il fait sec, mais puisque je l’ai… Il a quand même fallu faire des adaptations en mettant un plus grand plateau devant (je suis incorrigible), et c’est là que MacGyver Patrice est intervenu pour jouer au magicien, puisque les vis SRAM sont mono-usages et doivent s’enlever à la perceuse !! Avec les pneus route et un 44 dents avec vis Shimano devant, j’arrive enfin à suivre, même de loin, Eric et Pierre-Yves. Mais cela reste quand même plus fatiguant qu’un vrai vélo de route.

Le 90 km raccourci en fait 80 km, et nous rentrons vent de face. Enfin rentrons, un par un, Eric d’abord, ensuite Pierre-Yves qui a pris la tangente, puis Pascal qui fait de même plus loin, ensuite moi, loin d’Eric et le 5ème  a disparu, je ne m’en fait pas trop, il n’est pas du club, et n’a pas l’intention de le devenir.

Je retrouve Jean-Paul, Jean-Louis, Jos et Guy à la buvette. Jean-Louis tout fier de sa moyenne de 5647 km/h (d’après son GPS).

Commentaires

Sortie mouvementée groupe B...

Il y a trois elements manquants....

1) Une crevaison avant meme le depart.
2) Un problème technique avec le cable de changement de plateau (Jean-Louis est à nouveau à la technique).

3)Et ma chute sur l'asphalte a été prevue afin de marquer de mon sang le changement de direction (le tag à la peinture étant interdit en Flandre, par contre le marquage au sang étant jusqu'à present toléré).

Philippe....

Écrit par : Philippe Verdeyen | 16/11/2015

Les commentaires sont fermés.